LE MAL TRIBUT DES TRIBUS MÂLES

On pourrait croire que la tribu des « jeunes mâles gris » a déclaré la guerre à celle des « vieux mâles blancs ». Mais les apparences sont trompeuses. D’un côté, un système colonial raciste doté autant d’un pouvoir fascisant, discriminatoire et répressif, enracinés sur ses pilotis médiatiques et dopé aux statistiques, que d’une contestation social-démocrate, culpabilisée, amnésique, raciste par omission, piquée aux anabolisants. Ce système se démarque par son immense aptitude à ne traiter que le court terme, pour mieux ré-agir ou re-qualifier, ré-habiliter, ré-nover, ré-former, braquant leur vocabulaire aux petits commerçants. Il ne nomme plus – les jeunes victimes de Clichy-sous-bois ont perdu leur identité avec leur cœur carbonisé -, il ne badine avec l’Histoire que pour mieux l’enterrer – l’ordonnance utilisée pour instaurer le couvre-feu date des événements liés à la guerre d’Algérie, date à partir de laquelle une politique d’immigration massive a été mise en place par l’Etat français pour nourrir les usines françaises, en même temps que la mise en couveuse de cités-dortoirs -, il ne sexe pas – les émeutiers seraient de jeunes eunuques ou hermaphrodites. De l’autre côté, des individus, qui avancent masqués, non identifiés, n’opèrent pas au grand jour et se placent en vandales occasionnels sans aucune ambition de changer, culbuter, estourbir, radicaliser, bref politiser la situation. Ils n’aspirent qu’à se faire autant de pognon que les autres. Ils réagissent à la violence par la violence, sans en changer les donnes. Ils se protègent derrière des populations condamnées en conséquence sans appel à la victimisation et à l’exclusion, le tout sous la haute protection de Grands Frères, les seuls à posséder un nom, au titre de la religion qu’ils auraient miraculeusement adoptée. Ils ne contestent en rien l’oligarchie qui régit le système répressif, ni ses règles, basées sur la division de sexe, de classe, de race. Ils sont eux aussi libéraux, racistes, homophobes et sexistes. Ils re-produisent. Match nul.
Novembre 2005

Publicités
Comments
2 Responses to “LE MAL TRIBUT DES TRIBUS MÂLES”
Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] Gilles Deleuze et Felix Guattari, en leur temps, vantaient le potentiel politique du schizophrène, en tant que « prophète » dans un capitalisme paradoxal, mondialisé et dysfonctionnel. Un « créateur », capable de faire surgir le futur dans le présent. Je crois, comme certaines féministes théoriciennes de la postcolonie, qu’ils ont tort. Leur vision occidentale de la « différence » les a éloignés d’une analyse critique de ce potentiel créateur qui ne vaut que pour l’Occident et pour ceux qui y sont acceptés : les vieux mâles blancs hétérosexuels. […]

  2. […] Gilles Deleuze et Felix Guattari, en leur temps, vantaient le potentiel politique du schizophrène, en tant que « prophète » dans un capitalisme paradoxal, mondialisé et dysfonctionnel. Un « créateur », capable de faire surgir le futur dans le présent. Je crois, comme certaines féministes théoriciennes de la postcolonie, qu’ils ont tort. Leur vision occidentale de la « différence » les a éloignés d’une analyse critique de ce potentiel créateur qui ne vaut que pour l’Occident et pour ceux qui y sont acceptés : les vieux mâles blancs hétérosexuels. […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :